Archives de catégorie : procrastination

Ces moments qui te baisent parce que tu n’est pas foutu de te sortir les doigts du cul.

Dans l’article précédent tu a pu constater que ton cerveau est tiraillée par des stratégies opposées dans un conflit évolutif : «Il a l’air bon ce cookie, une p’tite bouchée, ça ne changera rien à ma diète hein? Non? Allez un tout petit bout […] mais au fond, pourquoi je suis si gros ?»

D’accord, nous avons évolués pour repérer et exécuter les décisions à la meilleur utilité. Comment se fait-il alors que nous ayons un mal de chien et une volonté de junkie à passer à l’actions, même sachant que l’effort est souvent bénéfique ?

Investir, messieurs-dames, est très souvent  le choix du gagnant : on en tire le plus souvent un plaisir plus élevé sur le long terme. (par exemple, utiliser un peu de son temps libre pour aller s’exercer, c’est investir sur soi). De ce faite, la procrastination pourrait être définie comme suit : choisir de repousser quand on sait qu’il faut agir.

Nos décisions sont fortement altérées par des biais qui nous détournent de ces meilleures décisions (chez certains, le biais est à l’inverse, d’agir trop!). La bonne nouvelle, c’est qu’avoir conscience de ces biais est une première solution a nos écarts de comportements : en connaissant nos faiblesses nous pouvons douter de notre pensée… et corriger nos actions. Il est indispensable de se faire un petit Descartes en herbe et d’être suspicieux de nos propres intentions, pour identifier les nombreux biais immédiats qui nous écartent du raisonnement clair et de la meilleur action.

Si parfois on se trompe, qu’on fait un choix contestable, qu’on ne possède pas toute les informations, ou que l’on prends un risque… Là n’est pas la question… n’étant pas omniscients, nous avons le droit à l’erreur. La question d’intérêt reste la même : quelle est la meilleur chose à faire tout de suite ? Répondez et exécutez. Point barre.

Continuer la lecture de Ces moments qui te baisent parce que tu n’est pas foutu de te sortir les doigts du cul.

Mathematiser de la procrastination

Mathématiser la procrastination, ou le surplus de branlette intellectuelle. Gratuit par Tidju.

Cher Badass, aujourd’hui, on fait des maths, c’est chiant mais c’est comme ça. Parce que j’ai envie et que ça va un peu te réchauffer le neurone.

Allez, nous avons lu la dernière fois que le comportement procrastinateur nous viens d’une adaptation tout comme la proactivité. La stratégie « je flemmarde » mérite donc notre attention. Disons que Cette stratégie évite ou repousse l’effort à plus tard ; en revanche dans la stratégie «Investir» je paye le coût immédiatement pour une gratification future. Le tableau suivant résume nos deux stratégies. Paresse :(Repousser l’effort ; Gratification immédiate) et Proactivité :(Investir effort ; Gratification différée)

Paresse

Activité

Court terme

Gratification

Effort

Long terme

Néant ou négatif

Gratification

Cette matrice, messieurs dames, ne nous est vérité pas si inconnue que cela. Notre cerveau calcule régulièrement le profit qu’il tire des multiples options qu’il entrevoit à chaque croisement de notre quotidien, en cherchant à maximiser son utilité au moyen terme. Par exemple, il choisira le chemin le plus court pour aller d’un point A à un point B. Posez un pitbull sur ledit chemin, et il changera de chemin pour en prendre un plus long. Ajoutez un dinosaure nazi sur ce deuxième chemin, il envisage alors un énorme détour… ou peut être le pitbull. Ou peut être que dans badass magazine on prends le dinosaure nazi dans tout les cas.

Continuer la lecture de Mathematiser de la procrastination

Tuer la procrastination

Coco bel oeil, aujourd’hui on va se faire une série d’article pour arrêter de rien foutre. Il s’agit de remettre sa paresse à demain.

D’une, je trouve dommage d’avoir de bonnes idées et de ne pas essayer de les torcher. Tu veux que je te dise? il y a un fossé entre ce que l’on dit vouloir et le résultat qu’on en tire. Faut pas être surpris de l’échec , vu le peu d’effort que l’on fournit pour satisfaire nos envies. Ouais, rares sont ceux qui se donnent les moyens de réussir.

Pour beaucoup d’entre nous, ça demande pas grand chose pour ouvrir des yeux ronds comme des queues de pelles… Pourquoi tu a tant de mal à te sortir les doigts du cul, alors que c’est pourtant le seul, le seul et unique moyen vers la réussite et vers un peu le contrôle de sa vie. Cette série d’articles ne vise pas à critiquer les choix et les mode de vie de certain(e)s, et de la majorité. S’agit plutôt ici de motiver ceux qui veulent accomplir plus, à avoir plus d’expériences extraordinaires, et à vivre selon leurs envies profondes.

Oui. Je suis convaincu que pour l’immense majorité, on fournit peut être 1/4 de notre immense potentiel dans notre vie de tout les jours. Non sans déconner, si tu voulais vraiment réussir, tu serais pas là fiston. Si la plupart se cantonnent à cet effort minimum, c’est avant tout par manque d’entraînement et de repères. Seulement, l’univers se branle d’entendre les excuses et les diverses raisons de remettre les choses à plus tard. L’univers n’attends personne, et toi encore moins. ARRETE DE PERDRE TON TEMPS. MAINTENANT. capito? Notre énergie n’est pas infinie, nos lamentations ne ramèneront pas une heure perdue. Continuer la lecture de Tuer la procrastination