La valeur de l’effort

Bien ? Allez aujourd’hui c’est la base : quelle est la valeur de l’effort ?

Alors tu-vois, la valeur que l’on attribue aux choses, le prix pour lequel on pourrait payer telle ou telle chose, est intimement liée à la quantité d’énergie nécessaire à la création de cette chose. Cuisiner un canard à l’orange demande plus d’énergie qu’une purée mousseline. Une multinationale représente plus de valeur qu’une boutique. Tu me comprends.

Alors regaaarde, comment les quantités d’énergies s’accumulent pour l’existence des choses de valeur. L’accumulation d’énergie, crée des objets plus durables, plus massifs, plus lents à la création. Une colonie de bactéries se développe rapidement parce que chaque petit individu bactérien demande un minuscule investissement énergétique pour son développement. Le petiot représente peu de matière, peu d’énergie, et son impact sur l’environnement est faible. Un animal ou une plante en revanche, va croître longtemps, avoir faim et se nourrir beaucoup. Il ou elle lentement parti de l’environnement pour construire des structures complexe plus durable.

Chez les êtres dotés de conscience, un large panel de choix s’offre pour décider d’où il convient d’allouer l’énergie de chaque action. Vais-je manger ? Vais-je dormir ? En principe, nous voulons l’allouer de manière cohérente avec nos objectifs personnels et à nos valeurs personnelles : par exemple pour une cause dans laquelle on croit, dans la réalisation d’expériences qui comptent, dans le gain de ressources, dans l’amélioration de soi, ou pour tout les autres trucs possibles et inimaginables… Un effort, pour un être rationnel, a toujours pour vocation de créer de l’utilité pour soi, une utilité pour laquelle on paierai car elle nous est précieuse.

Tu vois bien, les efforts créent de la valeur, une valeur que les économistes mesurent sous le nom « d’utilité » ( « une mesure du bien-être ou de la satisfaction obtenue par la consommation, ou du moins l’obtention d’un bien ou d’un service » – pour citer notre ami wikipédia). Vous êtes un lecteur rationnel et vous voulez votre bien être.

La première chose importante à réaliser pour concrétiser les superbes idées qui sont coincées dans nos têtes c’est qu’un effort n’est pas un souffrance inutile ! Ecoute moi bien, dans l’effort il y a certainement une part de « souffrance », d’inconfort, ça, c‘est l’inconfort de la dépense d’énergie, car l’effort est avant tout une activité d’investissement – en temps et en énergie. Mais la conséquence de cette activité n’est pourtant pas négative comme on le perçoit dans le petit inconfort du travail ou du sport. Le bénéfice est différé dans le temps.

Si il y a tant de bonnes résolutions qui promettent de faire de gros effort c’est parce que la récompense que l’on attends de l’effort vaudrait la peine de son inconfort.

En d’autres termes : No Pain No Gain, ça te parles ? Faire une diète, se mettre au sport, se lever tôt, travailler plus pour gagner plus, monter un business, changer sa façon de pensée, changer ses habitudes, arrêter des addictions, maîtriser de nouvelles compétences… Le laps de temps entre l’inconfort et le résultat positif suffit souvent à avorter une belle idée dans son œuf crânien.

Alors bon, on est pas masochistes, on cherche pas le malaise pour le malaise, l’effort pour l’effort, quand on fait des trucs difficiles, bien au contraire. Par la proactivité créee de l’utile, un maximum d’utile et d’agréable, mais différé dans le temps. Les fainéants créent le plaisir immédiat par la fainéantise, nous son prends le temps de profiter des bonnes choses, et on saura aussi reporter des plaisirs au profit d’efforts, attendant des gains de grande valeur. Réalise bien le sens de chacun de tes efforts, et son inconfort en sera déjà moindre.

Les articles suivants sont dans la logique de cette réalité : par l’effort, on investit de l’énergie dans le projet. Cette énergie (ces calories mon vieux!), à la manière d’un combustible dans le projet, fait avancer le projet vers son aboutissement concret, le résultat.

Chaque résultat demande une quantité d’investissement en énergie pour être atteint. Investissez suffisamment d’énergie, et vous viendrez à bout n’importe quel projet tant qu’il te reste le loisir d’être parmis nous

BILAN : Ta vie, c’est ce cours laps de temps ou tu peut manipuler l’environnement et attribuer de l’énergie dans les systèmes réels. Ton investissement en énergie, il et chiant sur le moment. MAIS c’est une promesse de profit . En accumulant de l’énergie sur un projet, le résultat accumule de la valeur. En développant un investissement logique on pousse les projets complexes vers la valeur.

Allez, un Badass à un jour écrit une fable qui te résume bien le tout. Je vous salue, et à bientôt !

Le laboureur et ses enfants

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Jean de La Fontaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *