un indien dans la ville, badass, confiance en soi, critique

La peur de la critique, je la n****.

Bonsoir le boy, madaaaaaame.

Dans la charte du badass, vous constaterez avec plaisir et en premiere ligne que le badass emmerde la peur. Oui, c’est la première loi. Le beau gosse fait les choses en face de l’oeil stressé de cette émotion. Qu’en est il de notre amie la peur, quelles formes prends cette émotion dans la vie de tout les jours? C’est une question philosophique fort intéressante à laquelle nous ne pouvons pas répondre entièrement aujourd’hui mais que nous décortiquerons au fil des articles dans le mag.

Car le sujet est vaste ! Aujourd’hui je vous propose de nous plonger dans le coeur d’une peur très répandue depuis bien plus longtemps qu’on ne se l’imagine, la peur de la critique.

Car les rumeurs et le commérage sont des phénomènes qui ont existé dès l’existence de groupes humains et de la parole.

Nombreuses sont les femmes qui ont été brûlées car la rumeur de leur sorcellerie avait grossi. Des hommes aussi sont morts pour avoir été suspecté d’avoir des relations trop intimes avec leurs chèvres.
La peur de la critique, est naturelle, de toute évidence. Elle a sauvé des vies. 
Mais combien en a t’elle gâché ?

Combien de personnes ont fait toute leur vie le dos rond pour ne pas essuyer les brimades, combien marchent dans des rangs comme des esclaves de la pression sociale.

Revenons a nos moutons (Si). La peur de la critique est une peur particulièrement vicieuse à mon sens. Elle fait parti des peurs que j’aborre le moins car elle étouffe les idées dans la tête des gents par la pensée des gents autour.

C’est probablement celle que j’apprécie  le moins car elle est insidieuse et se manifeste de manière détournée. On a peur sans se l’avouer. On croit avoir peur de faire une chose ponctuelle, alors qu’en vérité, on a peur de notre image publique.

La peur de la critique pousse à des comportements bien particuliers:
-Ne pas sortir de la norme
-Ne pas attirer l’attention sur soi, ou du moins le moins possible
-Faire ce que l’on attends de nous
-Peur de décevoir les gens

Cette peur de la critique se mue en différentes formes, elle peut être responsable de la timidité, elle peut être responsable d’une carrière que l’on a pas souhaité. Elle peut être responsable d’une fille/d’un garçon que l’on a pas inviter à diner.

Elle est une force qui empêche la réalistation de la volition … (Moment culture: La volition est un acte par lequel la volonté se détermine à quelque chose. Autrement dit, elle désigne l’aboutissement d’un processus par lequel l’être humain use de la volonté. Merci Kant.) … et rabougris salement notre liberté. Tout cela pourquoi?

Pour éviter la situation génante, par peur d’être rejeté, ou pour plaire à tout le monde.

Alors mon conseil, méditez sur le faite que plaire a tout le monde n’est pas une bonne idée. En plaisant un peu a tout le monde, vous ne plairez jamais vraiment a quelqu’un. Les grands Hommes de bien en ont dérangé d’autres qui leur ont souhaité du mal. Si vous n’avez pas « d’ennemis », c’est que vous ne gênez personne.

Personne ne vous prendra par la main pour vous dire ce qu’il faut que vous fassiez et pourtant, beaucoup aimeraient que vous soyez badass. Les gens veulent que vous soyez exubérant, que vous preniez de la place, que vous soyez fun et original. Ne comptez pas sur eux pour vous aider cependant, car beaucoup n’aiment pas vous voir changer. Cela parait contradictoire, cela parait stupide, mais c’est vrai.

Quand les événements vous contrarient, que vous n’avez pas eu de réponse à une remarque désagréable de votre collègue, que vous n’osez pas faire telle ou telle chose par peur du méchant Candy Raton (qu’en dira t-on… ), souvenez vous à quelle point votre vie est simple. Tellement simple, et facile a vivre. Faites les choses comme vous les sentez. Autorisez vous une réponse cinglante. Autorisez vous d’être fou, parce que vous en avez follement envie. Au fond, l’univers se fiche de vos considérations et de celles de vos congénères, alors profitez.

Bien à vous – La tidje

2 réflexions sur « La peur de la critique, je la n****. »

  1. Cette peur se contruit et se detruit en etapes, on pense que si on veut s’en debarsser il suffit d’aller en slip petter un voiture de flics sur les champs en criants badass akbar !!! Mais c’est plus compliqué, on peut voir ca comme des bares d’echelles. les marches representnt le niveau de decomfort. Il faut un certain degres d’energy pour se tiré au prochain et le fait de reussir augmente mais seullment pour un certain temps l’energie pour les prochenes. Le fait de riens faire pendant un certain temps te fait descendre.

  2. Im not that much of a online reader to be honest but your blogs really nice, keep it up! I’ll go ahead and bookmark your site to come back later. Cheers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *